Visite des élus du Grand Autunois Morvan à Charbonnat

Entrée en fonctionnement début 2014, la communauté de communes du Grand Autunois-Morvan, composée de 43 communes, assume des services pour 35 000 habitants.

C’est une grosse machine qui prend ses marques et dont les populations n’ont pas encore mesuré les capacités qui sont immenses, à travers la multitude de compétences qu’elle assume.
Afin d’expliquer et surtout de donner une dimension humaine à cet ensemble, le président de la CCGAM, Rémy Rebeyrotte a entamé un tour du territoire, à la rencontre des habitants de chaque commune.
Jeudi, accompagné du maire Fabrice Voillot et de plusieurs vice-présidents, c’est à Charbonnat qu’il a fait oeœuvre de transparence.
Une quarantaine de citoyens étaient présents salle polyvalente, qui ont pris conscience que la CCGAM est un outil à leur service.

Proximité communale conservée

M. Rebeyrotte rappelait que dans cette intercommunalité, la ville d’Autun n’a que 33 % des sièges et quelle a besoin de l’appui du rural pour faire accepter ses propositions, soulignant que « le dialogue est permanent et constructif ».
Et le président de détailler l’impressionnante série de compétences offertes en argumentant que cette forme d’intercommunalité « est un choix qui a permis de préserver les communes et de maintenir cette proximité communale ».
La caractéristique de la CCGAM est que non seulement, elle a une somme de compétences, mais qu’elles sont en totalité « réellement exercées », selon Rémy Rebeyrotte.
Le président a également évoqué les grands débats futurs comme l’évolution de l’intercommunalité pour laquelle des discussions sont déjà lancées avec les départements voisins. « On a de l’avance, mais on va continuer », argumentait-il.
Il indiquait que les trois principaux projets du mandat communautaire sont la bibliothèque multimédia, l’abattoir et la couverture du territoire en haut débit d’ici à 2022.

Les questions des participants

Les présents ont alors interrogé M. Rebeyrotte sur divers sujets, comme l’accès à la déchetterie d’Étang-sur-Arroux et l’office de tourisme Beuvray-Val d’Arroux, qui sont sur la communauté de communes voisine. Le président a indiqué que ces deux dossiers feront l’objet de discussions. « Je souhaite que l’on sorte du blocage pour que l’office de tourisme à Étang joue pleinement son rôle », a-t-il commenté.
Des voix se sont également élevées sur la dette représentée par le château de La Boulaye. Cet établissement venant de trouver un repreneur, le président a expliqué la genèse, précisant qu’Arroux-Mesvrin avait été sainement géré et que ce dossier n’avait pas eu d’incidence sur l’intégration dans le nouveau périmètre.
Sur le dossier du pavillon du Bhoutan à La Boulaye, M. Rebeyrotte a estimé que « ce dossier ne pourra pas aboutir sans le soutien du département qui fait défaut aujourd’hui ».